There is no translation available.

Les membres de la commission 20 du BIAP ont réfléchi au concept d’évaluation du langage.

Ils recommandent d’analyser tout test de langage en envisageant la fonction linguistique en lien avec les différentes fonctions cognitives.

La méthodologie proposée peut être utilisée ou adaptée dans chaque système linguistique.

Elle s’adresse aux spécialistes du langage dans un but diagnostique et thérapeutique.

Tout examen de langage recouvre plusieurs fonctions : langage oral,langage écrit, calcul, facteurs instrumentaux, gnosies, praxies, attention, mémoire, catégorisation.

Chaque fonction peut être divisée en modules et sous modules. Par exemple,la fonction du langage oral peut se diviser en : phonologie, lexique et morphosyntaxe. La phonologie peut, elle-même, se subdiviser en gnosies, articulation et co-articulation et métaphonologie.

Nous insistons particulièrement sur la pertinence de l’interaction de l’ensemble de ces modules et sous modules.

Au cours d’un bilan de langage, il faut confronter les résultats aux différents modules entre eux pour faire apparaître les liens et/ou les dissociations possibles. Ces liens existent aussi entre les fonctions.

Les multiples facettes d’un examen de langage sont appréhendées par des tâches qui font appel à des opérations mentales différentes et complexes.

Nous rappelons ( CT 20/4 ) que, pour chaque tâche, il convient d’analyser les modalités d’entrée qui correspondent aux consignes et au matériel utilisé, les modalités de sortie et

le mode de transposition ( ex : dans une tâche de désignation, passer d’une consigne auditivo-verbale à la réalisation motrice de cette consigne).

Cette méthodologie facilite l’accès à la compréhension des processus mis en jeu dans tout acte de langage .

____________________________________________________________

 

Cette recommandation a été réalisée avec une collaboration multidisciplinaire

Présidente de la commission : Marie NICOLAÏ-PIRMOLIN (Belgique)

Membres de la commission :

Cette recommandation a été approuvée en Assemblée Générale après avoir été soumise aux comités nationaux en mai 2006 à Innsbruck

  • Visto: 12824
There is no translation available.

L'élaboration d'un bilan de langage implique sur le plan clinique plusieurs démarches.

· Sur base des données anamnestiques et d'une première approche clinique, établir  une structure d'examen et sélectionner les épreuves appropriées. Maintenir une observation clinique tout au long de l'évaluation.
· Analyser pour chaque épreuve la nature de la tâche proposée.
Etudier les modalités des consignes et le matériel.
Réfléchir aux processus mentaux - afférences mises en jeu ( modalités d'entrée )
- efférences sollicitées (modalités de sortie )
- types de transposition.
Comprendre les tâches sur base de modèles ( cf. annexes ).
· Observer l'enfant et ses parents dans leurs réactions spontanées et induites, dans les
échanges formels et informels, dans leur comportement et dynamique relationnelle.
Ces observations sont à replacer dans un contexte socio-culturel.
· Dégager les performances et les compétences du patient.
· Mettre en relation les observations et les résultats avec les hypothèses émises au cours
de l'examen.
· Etre conscient des réactions induites par la relation professionnel / patient et par la
situation d'examen.
Accorder une importance fondamentale au facteur temps et au facteur disponibilité du professionnel, condition essentielle de la qualité de l'examen, des conclusions remises et du projet thérapeutique.

 

  • Visto: 12967
There is no translation available.

Préliminaires :

- Observation de l'enfant : comportement
- Observation de sa communication non verbale et verbale
- Observation de ses relations avec ses (ou son) parent(s)

Entretien

1. Motif de la consultation

2. Adressé par

3. Structure de la famille (nombre d'enfants/travail/logement/mode de garde de l'enfant - langue parlée)

4. Antécédents familiaux (père, mère, fratrie, grands-parents)

5. Antécédents de l'enfant

    A. Obstétricaux et néonataux

    - grossesse
    - naissance (terme, poids, Apgar, réanimation, traitements éventuels)
    - évolution des premiers mois (maladie, hospitalisation…)

    B. Médicaux (général, ORL, stomato, neuro, ophtalmo - traitement en cours…)

    C. Chirurgicaux (général, ORL, ophtalmo ou stomato…)

6. Développement psychomoteur de l'enfant

    - position assise
    - marche à 4 pattes
    - marche
    - propreté diurne et nocturne
    - escaliers - vélo…

7. Développement des fonctions oro-faciales

    - alimentation
    - succion/déglutition
    - mastication
    - dentition
    - anomalies morphologiques éventuelles
    • Nivelles, le 1er mai 1999
  • Visto: 14038
There is no translation available.

PREAMBULE

Devant la multiplicité des tests d'évaluation du langage, leur spécificité croissante, les orthophonistes logopèdes s'interrogent sur la distorsion entre des méthodes d'analyse de plus en plus ciblées et la difficulté de réaliser une synthèse qui reflète le plus exactement possible les troubles présentés par l'enfant.

Cette synthèse est indispensable à l'orientation du traitement.

Le BIAP a rédigé une recommandation pour :

1. permettre aux praticiens de s'orienter dans le choix d'un test par une meilleure connaissance de son contenu et de ses limites (cf. annexe : classeur).

2. définir le contenu d'un bilan de langage complet

3. établir une indispensable collaboration multidisciplinaire

4. Préciser les investigations complémentaires

5. favoriser une meilleure appréhension de l'enfant dans sa globalité.

    Pourquoi faire une évaluation du langage ?

Les modalités et les contenus de cette évaluation différent suivant qu'il s'agit :

    - d'un bilan diagnostique
    - d'un bilan suivi de rééducation
    - d'un bilan de résultat de rééducation.

Lors de la pratique d'un bilan de langage, un minimum d'investigations est indispensable pour rechercher les éventuels déficits à la base des troubles repérés :

    - visuo-spatial
    - auditif : discrimination et intégration
    - praxies
    - mémoriel auditivo-verbal
    - mémoriel visuel
    - logico-mathématiques

A cela s'ajoutent les observations propres au logopède sur les aspects intellectuels, relationnels et psychomoteurs.

Les résultats doivent être mis en corrélation pour tirer des conclusions générales et orienter le projet thérapeutique.

Lors d'un bilan de langage (initial ou de suivi), le logopède peut déclencher des investigations complémentaires en fonction de ses observations et/ou de ses hypothèses :

    - O.R.L. - Ophtalmologiques
    - neuro-pédiatriques
    - psychologiques
    - psychomotrices
    - stomatologiques
    - radiologiques

Cette démarche globale nécessite un compte-rendu accessible aux autres professionnels et une disponibilité aux échanges, une ouverture vers les autres disciplines et la mise en place d'un dialogue avec les différents intervenants y compris les pédagogues pour une compréhension globale des difficultés de l'enfant visant une meilleure efficacité thérapeutique.

  • Visto: 12916
There is no translation available.

La recommandation 20/1 a pour objet l'analyse des tests et épreuves d'évaluation linguistique pour permettre d'effectuer des bilans de parole et de langage les plus précis possible;



Etant donné la complexité de la situation psycholinguistique et des variables individuelles (développementales, culturelles, sociales ...)dans l'acquisition du langage, les investigations devront permettre d'examiner la communication verbale (orale ou écrite) :



- dans ses aspects qualitatifs : interaction

pragmatique

- dans ses aspects quantitatifs : articulation

motricité bucco-faciale

- l'observation de l'expression orale facteurs suprasegmentaux

voix

- les éléments linguistiques : de l'expression et de la compréhension

phonologie

morphologie

sémantique

lexicologie

syntaxe

- les conditions cognitives de l'élaboration du langage

mémoire

catégorisation

raisonnement

logique

- le mode graphique lecture

écriture



L'analyse des éléments recueillis conduit :

- à élaborer des hypothèses sur les difficultés, retards et troubles de la parole et/ou du langage

- à établir le plan de rééducation ou à orienter vers des investigations complémentaires

Cette évaluation est dynamique et doit être soumise à des réajustements



DEFINITIONS

I. ASPECTS QUALITATIFS

1. INTERACTION

- du point de vue fonctionnel :

L'influence réciproque d'un comportement (verbal ou non) sur l'autre dans le domaine des relations interpersonnelles.



- du point de vue linguistique :

Modèle interactif de traitement du langage



Dès le début de la perception d'une phrase tous les niveaux de traitement (phonologique, lexical, syntaxique, sémantique) commencent à fonctionner en parallèle, et ces divers niveaux de traitement sont en interaction, c'est-à-dire que chaque niveau est affecté par des informations venant, non seulement du niveau immédiatement inférieur, mais aussi des niveaux supérieurs.



2. PRAGMATIQUE :

Organisation et régulation des emplois du discours.

L'aspect pragmatique du langage concerne les conditions de son utilisation : motivations psychologiques des locuteurs, réactions des interlocuteurs, types socialisés du discours, objet du discours ...



II ASPECTS QUANTITATIFS

1) OBSERVATION DE L'EXPRESSION ORALE

1-1 Articulation :

Ensemble des actes bucco-phonatoires de la réalisation des phonèmes.



1-2 Motricité bucco-faciale :

Activité motrice (intentionnelle ou non) des organes périphériques de la phonation



1-3 Facteurs supra-segmentaux :

Un trait supra-segmental ou trait prosodique est une caractéristique phonique qui affecte un segment plus long que le phonème : l'accent, l'intonation, la durée, le rythme.



1-4 Voix : intensité

hauteur

timbre

durée



2) ELEMENTS LINGUISTIQUES DE L'EXPRESSION ET DE LA COMPREHENSION



2-1 Phonologie :

Science qui étudie les sons du langage du point de vue de leur fonction dans le système de communication linguistique.



2-2 Morphologie :

Description des règles qui régissent la structure interne des mots. (règles de formation et de flexion des mots).



2-3 Sémantique :

Discipline ayant pour objet l'étude des significations (énoncés-phrases-vocables).



2-4 Lexicologie :

Etude des mots



2-5 Syntaxe :

Description des règles par lesquelles les unités significatives se combinent en phrases.



3) CONDITIONS COGNITIVES DE L'ELABORATION DU LANGAGE



3-1 Mémoire

Capacité d'organiser, de conserver et de restituer des informations.



3-2 Catégorisation :

Capacité d'opérer des classifications à partir de la discrimination de certains attributs des objets, des évènements, des concepts ... en constituant des classes d'identité ou d'équivalence.



3-3 Raisonnement :

Capacité de réflexion et de jugement sur l'utilisation des règles de la parole et du langage.



3-4 Logique :

Capacité mentale d'observer et d'exprimer un enchaînement cohérent d'idées.



4) LE MODE GRAPHIQUE

4-1 La lecture : est un acte de communication.

4-2 L'écriture est une représentation de la langue parlée au moyen de signes graphiques. C'est un code de communication au second degré par rapport à l'expression orale.



Madrid (E) 01.05.1995

  • Visto: 14796
Created by OVER IT | All rights reserved | sitemap | Status | R.O.I.